Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaque jour il diminue un peu.