Parvenu au grade d'adjudant dans la police de la pensée, Christophe Conte savait d'instinct quand il convient de verbaliser et quand il faut saluer d'un coup de képi.