C'est à peine si je frôle encore les crêtes des vagues. L'existence où je serais censé nager m'est comme extérieure, et je touche sa peau joueuse non sans un frisson de volupté : suis-je devenu poisson volant ?