Le voyage procède moins de l'ascension du Golgotha que de l'invite socratique à se connaître.