Déconstruire la phallocratie, oui ; mais pas pour légitimer l’abolition des sexes.