Peut-on déplorer le chômage de masse et appeler de ses voeux l'ouverture des frontières à une mondialisation qui nous met en concurrence avec des pays dépourvus de droits sociaux ?