La parole qui informe s'épuise dans ce qu'elle dit ; la mètis vaut par ce qu'elle fait naître chez autrui, quand l'autre se prolonge dans ma parole.