Nous échouons à traduire entièrement ce que notre âme ressent : la pensée demeure incommensurable avec le langage.