Dire ce que nous pensons alimente davantage la conversation que dire ce que nous savons.