La suite dans les idées est souvent le dernier refuge des gens sans imagination.