content top

Recherche mot : violence

Contre la brutalité féodale et la violence bourgeoise, la logique de l'éros léger formule une morale du souci de l'autre.

  

Toutes les idéologies dominantes exercent leur contrôle, leur domination, voire leur violence sur le nomade. Les Empires se constituent toujours sur la réduction à rien des figures errantes ou des peuples mobiles.

  

Seul l'homme dispose du pouvoir de transfigurer la sexualité en érotisme et de métamorphoser la violence des chairs en élégance des corps.

  

La violence des faits est telle, d’ailleurs, qu’il faut se les raconter encore et encore pour se dire qu’il ne s’agit pas d’un fantasme. Pour se persuader que le réel a bien eu lieu.

  

L'obligation d'amour est une violence inouïe faite à votre dignité et votre liberté de pensée : connaissez-vous quelque chose de plus totalitaire que l'injonction "aimez-vous les uns les autres" ? Et quoi de plus abjecte que ceux de gauche qui servent cet impératif par la loi ?

  

Le nationalisme est la culture de l'inculte, la religion de l'esprit de clocher et un rideau de fumée derrière lequel nichent le préjugé, la violence et souvent le racisme.

  

L'amour, comme la violence, abolit les différences.

  

Pour qu'un groupe humain perçoive sa propre violence collective comme sacrée, il faut qu'il l'exerce unanimement contre une victime dont l'innocence n'apparaît plus, du fait même de cette unanimité.

  

La tendance à effacer le sacré, à l'éliminer entièrement, prépare le retour subreptice du sacré, sous une forme non pas transcendante mais immanente, sous la forme de la violence et du savoir de la violence.

  

Il faut voir dans les mythes le récit nécessairement déformé d’une violence collective spontanée qui rassemble à nouveau une communauté que la rivalité mimétique a fait voler en éclats.

  

La foi est intimement liée à la bonté et à la bienveillance. Le désarroi, lui, est intérieurement relié à la brutalité et à la violence.

  

L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l'équation.

  

La violence ou la menace de violence, est la plus piètre, la plus immature et la plus barbare des façons de régler un conflit ou de s'affirmer.

  

La guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté.

  

Aucune violence n'a jamais ajouté à la grandeur des hommes.

  
content top