content top

Recherche mot : vers

Tendus vers les objets qui sont censés réaliser notre être, nous sommes mûrs pour n’avoir d’enthousiasme que pour nous-mêmes.

  

Après avoir discrédité la vertu, ce siècle a réussi à discréditer les vices. Les perversions sont devenues des parcs d'attractions que fréquentent en famille les foules du dimanche.

  

Les concessions sont les marches vers l'échafaud.

  

La richesse s'écoule naturellement vers les âmes basses.

  

La religion n'est pas un ensemble de solutions à des problèmes connus, mais une nouvelle dimension de l'univers. L'homme religieux vit parmi des réalités que le profane ignore, mais il ne possède pas la clef de l'énigme. La paix religieuse n'est pas la paix du problème résolu, mais celle de l'amour accepté.

  

Après avoir discrédité la vertu, ce siècle a réussi à discréditer les vices. Les perversions sont devenues des parcs d'attractions que fréquentent en famille les foules du dimanche.

  

L’intelligence philosophique nous élève vers une zone limpide d'idées, l'intelligence littéraire nous plonge dans une pulpe d'évidences.

  

Ce n'est pas livré au plein vent de l'univers que l'homme meurt de froid, c'est dans le palais de concepts que bâtit son intellect.

  

L’homme ne communique avec son semblable que quand l’un écrit dans sa solitude, et que l’autre le lit dans la sienne. Les conversations sont divertissement, escroquerie, ou escrime.

  

On te trouve trop lyrique et pas assez scientifique, disons-le autrement : c'est trop bien écrit, c'est enflammé, pas assez sinistre. Ton livre était un suicide universitaire

  

Il me semble que la preuve du monde, c'est le champagne dont les bulles sont des comètes qui traversent l'espace, des étoiles qui flambent dans le cosmos, des forces qui strient sur le mode lumineux les ciels contenus dans des coupes de verre.

  

Le matérialiste ne connaît d'autre dimension au temps que le présent. Tout s'y rapporte et le passé, aussi bien que le futur, ne sont que des versions ludiques inscrites dans la plus pure des immédiatetés : on se souvient, on imagine, on a la nostalgie, on échafaude, mais le tout dans le seul cadre du point momentané dans lequel on se trouve.

  

Le futur penseur du mythe de Sisyphe évolue toujours entre l'endroit tragique et l'envers hédoniste, l'absurde et la joie de vivre.

  

C'est tout son génie de philosophe qui ne joue pas au penseur, ne s'écoute pas penser et ne se regarde jamais écrire. Voilà pourquoi, familiers de l'inverse, les professionnels ne le tiennent pas pour l'un des leurs.

  

L'auteur maitrise parfaitement l'art de la rhétorique, mais il s'en sert dans cet essai pour verser des tonnes de haine, mépris et aigreurs sur les people du monde politique et médiatique qui l'ont déçu ou attaqué. Quand on devient soi-même un personnage médiatique il faut savoir affronter les critiques à tout va, ou alors on ne se "montre" pas.

  
content top