content top

Recherche mot : unis

Parmi les horreurs du communisme, il faut co

  

Le communiste hait le capitalisme par complexe d'Œdipe. Le réactionnaire le considère simplement avec xénophobie.

  

Je ne sais pas si les Etats-Unis ont simplement laissé faire les attentats du 11 Septembre ou s’ils les ont déclenchés.

  

Au bout du compte, le libéralisme est un utopiste aussi dangereux, sinon pire parce que plus savamment travesti, que celui des communistes, car il sacrifie à une téléologie fantasque au nom de laquelle, en laissant faire la main invisible, on obtiendrait la richesse des nations qui, par une étrange et inexplicable opération du Saint-Esprit libéral, permettrait, via l'enrichissement de quelques-uns, la prospérité de tous.

  

Sloterdijk montre comment le kunisme peut-être un moyen de lutter contre le cynisme contemporain.

  

Sloterdijk montre comment le kunisme peut-être un moyen de lutter contre le cynisme contemporain.

  

Un politicien aux plus hautes charges ne croise et n'entretient dans son entourage que des courtisans, des flatteurs, des opportunistes ou des parasites. Tout mandarin qui fréquente ce genre d'homme se condamne à endosser l'un de ces habits. On ne rend pas intellectuellement avisé, et encore moins intelligent, quelqu'un qui gouverne.

  

Il y a aux États-Unis entre les noirs africains et le reste de la population un écart de 15 points [de quotient intellectuel]. Et la dernière étude publiée dans une revue scientifique anglaise par Jensen nous révèle qu'entre les Noirs d'Afrique et les Blancs d'Europe ou des États-Unis l'écart est de 30 points. Alors, c'est une valeur moyenne, mais c'est considérable. Et quand on parle du développement de l'Afrique et de son retard en matière historique, en matière de développement, il faut avoir à l'esprit cet écart de quotient intellectuel qui est évidemment considérable.

  

L’antiracisme est le continuateur du communisme sur le plan des méthodes : intimidation, sectarisme et excommunication. Tout anticommunisme est un chien, disait Sartre. Celui qui n’adhère pas aux thèses antiracistes est pire qu’un chien, c’est un nazi, il sort de l’humanité. Surtout, je crois profondément qu’un progressisme a remplacé l’autre : c’est parce qu’ils ont échoué à changer l’Homme que les progressistes ont voulu changer les hommes. D’où la défense d’une immigration massive et incontrôlée.

  

Quelques idéalistes, ceux qui n'ont pas le sens tragique de l'Histoire et qui croient modifier la réalité en la niant, s'étaient réjouis des révolutions arabes. Ils saluaient la promesse de l'aube et l'émergence du printemps. Mais déjà les évênements leur donnent tort : les islamistes ont pris le pouvoir en Tunisie, la charia est désormais la loi libyenne, les Frères musulmans attendent embusqués, en Égypte. L'aube est une nuit, le printemps une ère glaciaire.

  

L'incapacité des États-Unis à percevoir les Arabes comme des êtres humains en général s'inscrit dans une dynamique de reflux de l'universalisme endogène à la société américaine.

  

L'Islam n'appartient pas plus au monde démocratique qu'au monde communiste, il est par son essence et son implantation un véritable «troisième monde».

  

Il faudrait sept planètes comme la terre pour que toute l'humanité vive avec le niveau de la France ; onze pour le niveau des Etats-Unis.

  

On trouve chez tous les fous réunis une demi once, que dis-je, un quart d'once de véritable sagesse !

  

Nous n'avons pas de nom, pas de famille, nous sommes des gens pauvres et vulnérables et pourtant réunis. Nous faisons basculer les empires.

  
content top