content top

Recherche mot : travail

Plus que jamais, il est utile et nécessaire de ne pas oublier Foucault. Toute volonté, ici, d'enterrer son œuvre, de nier sa postérité potentielle, de clamer, au nom de quelques-unes de ses erreurs, la caducité de l'ensemble de son travail désigne, là, un secret désir de consolider l'édifice qu'il avait entrepris d'effondrer.

  

Puisque son propos n'est pas le trône -ni la pourpre - le philosophe peut bien parler comme un homme libre peut seul se le permettre: le Travail est une contrainte, la Famille une façon de conjurer la solitude et la pénurie sexuelle, la Patrie une rhétorique de belliqueux incultes.

  

Là où deux êtres se regardent, avant même de se parler, le pouvoir travaille la relation, la mine, la détermine.

  

Quand le philosophe digne de ce nom travaille, le prêtre recule.

  

La lucidité s’acquiert ainsi : ne pas se contenter de l’apparence, bien souvent trompeuse, récuser les évidences transmises de génération en génération pour préférer le travail philosophique, écarter les opinions, opter pour l’investigation.

  

Et là où j’excelle c’est dans l’acharnement au travail. Vous savez, pendant que l’autre gars dort ? Moi je travaille.

  

Opposer science et conscience, ou science et spiritualité, c'est opposer des modules fondamentaux de notre être, et susciter en nous une guerre civile dont nous ne sortirons jamais gagnants. Opposer science et spiritualité reviendrait à opposer nos deux mains, qui sont censées travailler ensemble.

  

Travailler dur pour quelque chose que l'on aime, cela s'appelle de la passion.

  

Si vous fixez toujours des limites sur tout ce que vous faites, physique ou autre, cela se propagera dans votre travail et dans votre vie. Il n’y a pas de limites. Il n’y a que des niveaux, et vous ne devez pas rester là, vous devez aller au-delà. Remarquez que l’arbre le plus robuste cède facilement tandis que le bambou ou le saule survie en pliant sous le vent.

  

Je rentre dans le monde du travail par le prisme des "OS", les ouvriers spécialisés, qui, en fait, ne sont spécialisés en rien.

  

Est-on libéré ? De la maternelle à l'université on est enfermé, ensuite il y a les casernes, puis tout le monde travaille dans des boîtes, des grandes boîtes, des petites boîtes, et pour s'amuser on va en boîte, on y va dans sa caisse, et tout ça en attendant la dernière boîte que je vous laisse deviner....

  

Il faut apprendre la terre, c'est indispensable, savoir ce qu'elle est. Il faut l'aimer sans niaiserie, en reconnaître les principales maternels et nourriciers. Il faut la travailler en tenant compte du savoir et du sentiment, avec la force du corps.

  

L’homme peut aimer son semblable jusqu’à mourir ; il ne l’aime pas jusqu’à travailler pour lui.

  

Il y a un mélange d'anarchie et de discipline dans ma façon de travailler.

  

Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?

  
content top