content top

Recherche mot : souvenirs

Depuis trente ans, certains décrètent que, pour accueillir les nouveaux venus, il faut se dépouiller de ce qui fait de nous des français. Ils s'imaginent ainsi que l'on ne peut accueillir l'autre que si l'on n'est plus qui l'on est. C'est pourtant le contraire. Si l'on prend la définition de la nation de Renan, celle-ci est une volonté politique, un plébiscite renouvelé tous les jours, qui s'appuie sur ce qu'il appelle un "legs de souvenirs".

  

Les outils de la communication, de la commande à distance et de l'information auront toujours une grande mémoire, mais jamais de souvenirs. Renforcent-ils les liens sociaux, ou ne font-ils que connecter les solitudes ?

  

Certaines larmes sont invisibles. Mélanges de souvenirs, de blessures, de déceptions et de regrets. Des larmes que personne ne voit et qui pourtant, intimement, nous inondent et nous noient.

  

Je n’aime pas l’excentricité. J’aime le réalisme et la bonne qualité. Je suis terre à terre et hors de la mode. Je ne me soucie pas la mode. J'aime plutôt me soucier de ces choses que l'on chérit, celles que chacun de nous possède et qui nous rappellent des souvenirs. Je ne jette pas mes vêtements. Ils se bonifient avec l’âge.

  

L'envie de prier n'a rien à voir avec la foi. Elle émane d'un accablement spécial, et durera autant que lui, quand bien même les dieux et leurs souvenirs disparaîtraient à jamais.

  

L'enfance déconcerte souvent la jeunesse, plus éprise d'affirmer sa maturité naissante que de raviver les souvenirs encore proches de l'adolescence.

  

Nos souvenirs les plus réconfortants sont ceux de notre enfance.

  

L'ennui embellit tout, et fausse ainsi bien des souvenirs.

  

Les souvenirs récents qui ont le respect des anciens s'effacent devant eux.

  

Les souvenirs d'un homme constituent sa propre bibliothèque.

  

La poésie est le souvenir des meilleurs et des plus heureux moments, des meilleurs et des plus heureux souvenirs.

  

Un homme sans souvenirs est un homme perdu.

  

Méfie-toi des souvenirs comme d'une montre arrêtée !

  

A l'automne des saisons, ce sont les feuilles qui meurent. A l'automne de la vie, ce sont nos souvenirs.

  

Si tu as été aimé, si tu as donné du bonheur ou de l'espérance, il se trouvera forcément quelqu'un, au jour de ta mort, pour te fermer les yeux, quelqu'un pour rassembler tes amis, organiser une veillée et t'entourer de tes souvenirs les plus chers.

  
content top