content top

Recherche mot : souci

Contre la brutalité féodale et la violence bourgeoise, la logique de l'éros léger formule une morale du souci de l'autre.

  

'individu soucieux d'hédonisme cessera de considérer son corps comme une étrangeté, un étranger, certes, mais il faudra aussi consentir à ces fulgurances qui l'habitent. Mieux, il s'agira de les susciter, de les décupler et d'en assurer la vitalité.

  

Bien sûr, pour détruire un homme, il faut le salir. On suppose alors qu’en utilisant les institutions au service de sa mission, qui est de servir et de représenter la plèbe, il est moins soucieux du peuple que de son pouvoir personnel.

  

Toute la pensée libertine scrute le ciel, on y examine les astres, on y guette les comètes, on y lit leur mystère chiffré sans le souci de la théologie et des religions.

  

Plutôt la foi qui apaise que la raison qui soucie. Même au prix d'un perpétuel infantilisme mental.

  

L’unité nationale, quand elle est le souhait d’un chef d’État qui est en campagne pour sa réélection et qu’elle est proposée à des gens qui sont concurrents, adversaires, voire ennemis parce qu’ils sont eux aussi en campagne pour la même élection, est une fiction. Hollande veut l’unité nationale… derrière lui ! La France est le cadet de ses soucis – de même chez ses challengers…

  

Je ne sais pas si les dieux existent mais je sais que s'ils existent, ils ne se soucient pas des hommes.

  

La douleur aiguise la raison et renforce le sentiment, tandis que la joie se soucie rarement de celle-là et amollit celui-ci ou le rend frivole.

  

Un lion ne se soucie guère de ce que pensent les moutons.

  

Je n’aime pas l’excentricité. J’aime le réalisme et la bonne qualité. Je suis terre à terre et hors de la mode. Je ne me soucie pas la mode. J'aime plutôt me soucier de ces choses que l'on chérit, celles que chacun de nous possède et qui nous rappellent des souvenirs. Je ne jette pas mes vêtements. Ils se bonifient avec l’âge.

  

Je ne veux pas créer une mode éphémère. Je veux être éternel. Les vêtements que je conçois sont intemporels. Je ne veux pas créer un look qui sera vite démodé. Je travaille toujours avec le souci d’être intemporel, sans chercher d'être à la mode.

  

Les soucis ressemblent à des fauteuils à bascules ; ils donnent quelque chose à faire mais ne conduisent nulle part.

  

L'homme qui se croit Dieu tue le dieu qu'il porte en lui. L'homme qui ne pense plus aussi loin que Dieu tue la création qu'il porte en lui. L'homme qui ne se soucie plus de sa divinité ferme la porte à sa félicité.

  

Pourquoi devrais-je me soucier de la postérité ? Est-ce que la postérité a jamais fait quelque chose pour moi ?

  

Enfants petits, petits soucis ; enfants grandis, grands soucis.

  
content top