content top

Recherche mot : societe

Qui veut vraiment chambouler la société doit savoir comment et pour quoi le faire.

  

Le libre échange est un poison mortel. Il vide à tour de rôle chaque société de ses moyens de production. Car on trouve toujours un pays où l'on paie moins cher le travail et où les normes écologiques ne s'imposent pas.

  

L’existence d’un service public puissant et de qualité est un choix de société. Pas une charge : un soulagement !

  

La prospérité économique d'un individu ne démoralise pas la société tant qu'elle n'implique pas nécessairement l'ascension sociale de celui-ci.

  

A partir du moment où plus rien ne mérite le respect dans notre société, nous devons nous forger dans la solitude de nouvelles loyautés silencieuses.

  

Les individus, dans la société moderne, sont chaque jour plus semblables les uns aux autres et chaque jour plus étrangers les uns aux autres. Des monades identiques qui s’affrontent dans un individualisme féroce.

  

Le fin mot de la société idéale de Godwin? Des hommes saturés de bonheur au spectacle de celui de leurs semblables...

  

L'école libérale sert à entretenir la machine économique; l'école socialiste vise la construction d'une société heureuse dans laquelle les citoyens s'épanouissent.

  

La société industrielle du moment et le capitalisme doivent pouvoir fonctionner sans entrave métaphysique, ontologique, donc politique.

  

Imbriqués les uns dans les autres, l'Etat, la société et l'économie forment un continuum.

  

Imbriqués les uns dans les autres, l'Etat, la société et l'économie forment un continuum.

  

Nous ne devons ni mépriser les réformes, au nom d'une société encore lointaine, ni, à l'occasion des réformes, oublier le but dernier qui est la réintégration de la classe ouvrière dans tous ses droits par l'abolition du salariat.

  

La société n'aime pas la liberté car elle n'engendre pas l'ordre, la cohésion sociale, la communauté utile mais plutôt l'éclatement des activités, l'individualisation et l'atomisation sociale.

  

La police de la pensée est assurée dans toute la société par le réseau serré constitué par de multiples institutions et organisations, où se conjuguent les adversaires d’hier, entreprises et syndicats, Église et franc-maçonnerie...

  

c'est parce que le système économico-politique a peu à peu imposé dans les sociétés occidentales son modèle éducatif pour en faire une machine à fabriquer du consommateur-producteur qu'il a pu étendre son emprise et supprimer peu à peu toute alternative.

  
content top