content top

Recherche mot : sacre

L'hédonisme implique un réel totalement dépourvu de sacré. La seule concession faite à la dévotion concerne la jouissance.

  

Les chrétiens prétendent que la famille de Jésus a pris la fuite en Égypte parce qu’on avait fait savoir à Hérode qu’un enfant venait de naître et qu’il devrait un jour régner à sa place. Le roi a massacré les enfants. Jésus a été épargné.

  

La mort de Dieu a produit du sacré, du divin, du religieux à qui mieux mieux.

  

La grande passion de l'inventeur de la psychanalyse ? Consacrer toute son existence à donner raison à sa mère aux yeux de qui il incarnait la huitième merveille du monde.

  

Le populicide libéral commis par la droite et la gauche permet de gouverner sans le peuple et de jouer avec le troupeau de ceux qui continuent à apporter leur crédit aux barbares qui massacrent leur intelligence à bas bruit.

  

L'instrument, qu'il soit de musique ou d'autre chose, est un isthme sacré entre notre vie physique et notre vie mentale.

  

1789. Comment peut-on révérer cette litanie de massacres ? Hommes et femmes éventrés, éviscérés, démembrés, décapités ?

  

Le divin et le sacré ne doivent pas être caricaturés.

  

Il est dommage que le temps passé à essayer de savoir s'il existe une vie après la mort ne soit pas consacré à comprendre ce qu'est la vie, et, en comprenant son immense valeur, à agir pour en faire un chef-d’oeuvre inspiré par un humanisme vivant et actif, au sein duquel la modération serait un art de vivre.

  

La vérité, c'est qu'un individu n'a pas une minute à consacrer à un autre individu qui ne lui est pas plus ou moins proche - à moins, par exemple, qu'il ne se serve de lui ou soit utilisé par lui.

  

Pour qu'un groupe humain perçoive sa propre violence collective comme sacrée, il faut qu'il l'exerce unanimement contre une victime dont l'innocence n'apparaît plus, du fait même de cette unanimité.

  

La tendance à effacer le sacré, à l'éliminer entièrement, prépare le retour subreptice du sacré, sous une forme non pas transcendante mais immanente, sous la forme de la violence et du savoir de la violence.

  

Des baignoires tombent et des policiers tuent plus d'américains que le terrorisme, et pourtant on ne nous a jamais demandé de sacrifier nos droits les plus sacrés pour nous en protéger.

  

L'Islam est innocent des crimes, des cruautés et des massacres perpétrés faussement en son nom, par des hérétiques, déviationnistes et criminels. Ceux-là sont plutôt les suppôts du mal, pervers et corrupteurs en la terre.

  

Toutes choses s'enchaînent entre elles et leur connexion est sacrée et aucune, peut-on dire, n'est étrangère aux autres, car toutes ont été ordonnées ensemble et contribuent ensemble au bel ordre du même monde.

  
content top