content top

Recherche mot : reconnait

Tant qu'on ne reconnaîtra pas que le salaud et le criminel sont au fond de nous, on vivra dans un mensonge pieux.

  

Il faut apprendre la terre, c'est indispensable, savoir ce qu'elle est. Il faut l'aimer sans niaiserie, en reconnaître les principales maternels et nourriciers. Il faut la travailler en tenant compte du savoir et du sentiment, avec la force du corps.

  

Le Coran n'enseigne nulle part l'intolérance ; il reconnaît la mission de Moïse, celle de Jésus-Christ ; il dit que Dieu a donné à chaque peuple la loi qui lui convient, mais qu'il a envoyé Mahomet aux Arabes. Quoi de plus conciliant ?

  

Le fou, parce qu'il l'est, croit que tous ceux qu'il rencontre sur sa route sont fous comme lui. Quelle modestie, de voir des égaux dans tous les hommes, et de reconnaître chez eux, malgré l'amour-propre naturel à chaque individu, le même mérite qu'on a en soi !

  

Puis enfin, à un certain moment de l'histoire, apparut un homme appelé «Mohamed». Et cet homme a dit la même chose que Moïse, Jésus, et tous les autres prophètes : il n'y a qu'Un Dieu. C'était le message de l'Islam. L'Islam est la vraie religion. Plus les gens liront et deviendront intelligent, plus ils se familiariseront avec la logique et le raisonnement. Ils abandonneront les idoles, ou les rituels qui supportent le polythéisme, et ils reconnaîtront qu'il n'y a qu'Un Dieu. Et par conséquent, j'espère que le moment ne tardera pas où l'Islam prédominera le monde, car il prédominera le monde.

  

Il ne suffit pas de trouver un pays où tout va encore plus mal pour reconnaître que ce qui se passe ici est parfait.

  

Parmi les êtres humains, on ne reconnaît pleinement l'existence que de ceux qu'on aime.

  

Le fou se croit sage et le sage se reconnaît fou.

  

Si tu fais le bien à cinq cents hommes et qu'un seul d'entre eux le reconnaît, ce n'est pas chose perdue.

  

L'opinion publique est une juridiction que l'honnête homme ne doit jamais reconnaître parfaitement et qu'il ne doit jamais décliner.

  

C'est dans le besoin qu'on reconnaît ses vrais amis.

  

Les sociétés à castes et à classes rigides faisaient un gaspillage impardonnables de talents... Mais il faut reconnaître que de telles sociétés réduisaient les aspects nocifs de la compétition.

  

Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes.

  

On reconnaît l'homme libre à ce qu'il est attaqué simultanément ou successivement par les partis opposés.

  

La raison est donnée à l'homme pour lui faire reconnaître qu'elle ne sert à rien.

  
content top