content top

Recherche mot : posseder

Posséder, c'est être l'esclave des choses, de l'avoir, de la propriété. Ce peuple libertaire n'est l'esclave de rien ni de personne. Aucun objet ne saurait lui être un lien ! Quand on "est" vraiment, ontologiquement, on n'a pas besoin d'avoir, matériellement.

  

En toute espèce de biens, posséder est peu de chose ; c'est jouir qui rend heureux.

  

Les supérieurs ne pardonnent jamais à leurs inférieurs de posséder les dehors de la grandeur.

  

Avoir un système borne son horizon ; n'en avoir pas est impossible. Le mieux est d'en posséder plusieurs.

  

Vivre, n'est-ce pas réfléchir, se posséder.

  

Le doute est à la base même du savoir, puisqu'il est la condition essentielle de la recherche de la vérité. On ne court jamais après ce qu'on croit posséder avec certitude.

  

C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.

  

Les avares font leur testament de mauvaise grâce. Ils n'aiment pas donner, même ce qu'ils ne posséderont plus.

  

Est-ce qu'il ne faut pas, derrière soi, pour posséder une véritable agilité spirituelle, plusieurs générations d'ancêtres formés à l'étude et à la spéculation ?

  

Posséder sans jouir n'est rien.

  

Qu'importent les trésors ! Plutôt qu'argent entasser, mieux vaut amis posséder.

  

Les échecs sont utiles à l'exercice de la faculté de penser et à celle de l'imagination. Car nous devons posséder une méthode élaborée pour atteindre des buts partout où nous devons conduire notre raison.

  

Savoir écouter, c'est posséder, outre le sien, le cerveau des autres.

  

C'est posséder les biens que savoir s'en passer.

  

Les âmes sont ainsi. Elles se vendraient pour posséder un corps mais n'ont rien de plus urgent à faire que de quitter à la moindre défaillance celui qui leur a donné asile et nourriture.

  
content top