content top

Recherche mot : pleurer

La vérité cruelle est que notre civilisation s'effondre. Elle a duré 1500 ans. C'est déjà beaucoup. Face à cela, je me trouve dans un perspective spinoziste : ni rire ni pleurer, mais comprendre.

  

Aimer, c'est accepter de souffrir. On ne peut pas aimer quelqu'un sans pleurer avec lui, partager ses problèmes, ses peurs.

  

Il faut se regarder dans le miroir en commençant à se dire merci pour ce que j'ai avant de pleurer pour ce que je n'ai pas.

  

On risque de pleurer un peu si l'on s'est laissé apprivoiser...

  

Chanter, c'est aussi une façon de pleurer.

  

Mieux vaut s'accommoder des choses ou les briser que de pleurer à la lune.

  

Je voudrais bannir les pompes funèbres : il faut pleurer les hommes à leur naissance, et non pas à leur mort.

  

On finirait par devenir fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer.

  

Tel pleure aujourd'hui parce qu'il n'a pas de pain, qui pleurera encore demain parce qu'il n'aura pas d'appétit.

  

Mieux vaut chanter avec un laid que pleurer avec un joli.

  

Quand une femme n'est plus aimée, qu'elle fasse tout sauf pleurer !

  

A quoi bon pleurer sur ce qui aurait pu être ?... Les hommes sont-ils donc les artisans de leur propre malheur ? Peuvent-ils se soustraire aux forces du destin ?

  

Pleurer, c'est diminuer son corps.

  

Pourquoi ne m'est-il pas permis de pleurer ?

  

Ouvre si tu peux sans pleurer ton vieux carnet d'adresses.

  
content top