content top

Recherche mot : pitie

Sade prépare le nazisme car il critique la pitié. Le repentir donne un sens au passé.

  

Les hommes ont été de tout temps ce qu'ils sont aujourd'hui, égoïstes, violents, avares et sans pitié.

  

La pitié de soi est moins stérile qu'on ne croit. Dès que quelqu'un en ressent le moindre accès, il prend une pose de penseur, et, merveille des merveilles, il arrive à penser.

  

La pitié du bourreau consiste à frapper d'un coup sûr.

  

Les gens ont pitié des autres dans la mesure où ils auraient pitié d'eux-mêmes. Le malheur ou la laideur sont des miroirs qu'ils ne supportent pas.

  

Ce qui est désordre, violence, attentat au droit d'autrui, doit être réprimé sans pitié.

  

Se plaindre est un des moyens d'obtenir. La pitié est d'un magnifique rapport.

  

La pitié n'est qu'un secret repli sur nous-mêmes, à la vue des maux d'autrui dont nous pouvons être également les victimes.

  

Le sentiment que l'homme supporte le plus difficilement, c'est la pitié, surtout quand il la mérite.

  

Le jour où la pitié devient moquerie commence un âge barbare.

  

Le ciel arme de pitié ceux qu'il ne veut pas voir détruits.

  

La pitié n'a qu'un tort, regarder de haut.

  

La pitié peut s'éprouver, mais non s'accepter.

  

Il y a une jouissance dans les ruptures, si on ne se laisse pas prendre par la pitié.

  

La connaissance de soi, la plus amère de toute, est aussi celle que l'on cultive le moins : à quoi bon se surprendre du matin au soir en flagrant délit d'illusion, remonter sans pitié à la racine de chaque acte, et perdre cause après cause devant son

  
content top