content top

Recherche mot : phrase

Phrase sublime : soyez résolus de ne plus servir, et vous voilà libres, écrit l'ami de Michel de Montaigne.

  

Thoreau écrivait cette phrase terrible et tellement juste: "Il existe de nos jours des professeurs de philosophie, mais de philosophes, point"

  

Les mots ne doivent être que le vêtement, sur mesure rigoureuse, de la pensée. Il n'y a pas de synonymes. Il n'y a que des mots nécessaires, et le bon écrivain les connaît. Les mots sont la monnaie d'une phrase. Il ne faut pas que ça encombre.

  

Est-ce que ça vous dérangerait que le milieu de mes phrases interrompe le début des vôtres .

  

Ce qui me tue, dans l'écriture, c'est qu'elle est trop courte. Quand la phrase s'achève, que de choses sont restées au-dehors !

  

La pensée se glace en se traduisant en phrases.

  

Qui retire le verbe de la phrase, elle perd son sens. Qui nie l'unité nie le nombre qui en est fait. Qui ne croit plus en Dieu, il ne croit plus à rien.

  

Lorsqu'un Allemand cultivé plonge dans une phrase, vous ne le revoyez plus jusqu'à  ce qu'il réapparaisse de l'autre côté de l'Atlantique, le verbe à la bouche.

  

Une phrase n'est bien construite que si elle est écrite de telle manière que personne ne remarque qu'elle a été construite.

  

Plus une idée est belle, plus la phrase est sonore.

  

Comprendre le sens d'un mot, c'est savoir quelles phrases il est possible de construire à partir de lui.

  

Mieux vaudrait, par respect pour l'arbitraire du destin, ne jamais former de phrases qu'au conditionnel : du moins n'engage-t-il à rien.

  

Il faut mener les hommes avec des phrases plus qu'avec la raison.

  

La littérature existe pleinement non pas quand l'oeuvre est écrite, mais quand un lecteur remonte le cours des phrases et des mots pour devenir, par ce moyen, cocréateur de l'oeuvre.

  

Que peut changer un mot ? Une phrase ? Une lettre ? On ne devrait pas écrire. Le décalage est trop grand entre le moment où on écrit une lettre et celui où elle est lue.

  
content top