content top

Recherche mot : passion

Entre l'excès d'une détestation de soi, à quoi le christianisme prépare très sûrement, et celui d'une excessive passion prise à son propre commerce, Montaigne cherche la voie médiane.

  

Le christianisme officiel n’a pas empêché la cruauté envers les animaux et n’a jamais manifesté de compassion à l’endroit des bêtes.

  

Les femmes sont de trop. Trop de désirs, trop de plaisirs, trop d’excès, trop de passions, trop de débordements, trop de sexe, trop de délire. Elles mettent en péril la virilité du mâle.

  

Les femmes sont de trop. Trop de désirs, trop de plaisirs, trop d’excès, trop de passions, trop de débordements, trop de sexe, trop de délire. Elles mettent en péril la virilité du mâle.

  

La grande passion de l'inventeur de la psychanalyse ? Consacrer toute son existence à donner raison à sa mère aux yeux de qui il incarnait la huitième merveille du monde.

  

Les prodiges combinent une pratique passionnée et une tendance forte à ne pas rester à leur place. L’école commençant précisément par l’art de rester en place , il est normal qu’elle dissuade les prodiges, ou ne sélectionne parmi eux que ceux qui supportent son joug.

  

Travailler dur pour quelque chose que l'on aime, cela s'appelle de la passion.

  

La générosité, la douceur, la compassion ou le don sont des armes : tout ce qui désarme est une arme !

  

C’est de la volonté pervertie que naît la passion, c’est de l’asservissement à la passion que naît l’habitude, et c’est de la non-résistance à l’habitude que naît la nécessité.

  

Il y a des gens si remplis d'eux-mêmes que, lorsqu'ils sont amoureux, ils trouvent le moyen d'être occupés de leur passion sans l'être de la personne qu'ils aiment.

  

Rien de grand ne s'est produit dans le monde sans passion.

  

Je pense qu’aujourd’hui le monde est unifié. La mode vient des quatre coins du monde, du Japon, des États-Unis, de France, d’Italie, de la rue. La mode est partout. Le monde est passionnant, car tant de choses se produisent simultanément.

  

Je cherche à créer des habits qui ne s’inspirent d’aucune tendance particulière, des habits légendaires et intemporels qui continuent de nous passionner au fil des années.

  

Ce qui me passionne dans ce métier, ce n'est pas de suivre les tendances, mais c'est de donner vie à mon inspiration, d’innover. Mes vêtements reflètent mes sentiments les plus intimes. Au travers d'eux, j’ai l’impression d'écrire un livre.

  

L'avare est la constante victime de sa passion : il se refuse tout, et n'accorde rien aux autres.

  
content top