content top

Recherche mot : oui

Nietzsche disait oui à tout;Camus dira oui seulement à ce qui augmente la vie.Pour le reste-il se révolte.Voilà le sens de son nietzschéisme de gauche, c'est également celui de son hédonisme libertaire.

  

Les politiques autoritaires flattent toujours les ratés, les faibles, les débiles, les sans-grade, les domestiques ayant à coeur de servir ceux qui jouissent de les écraser sous leur botte.

  

Dans une belle image, Hegel donne la formule des grands hommes : "Leur but atteint, ils sont tombés comme des douilles vides."

  

Dans une belle image, Hegel donne la formule des grands hommes : "Leur but atteint, ils sont tombés comme des douilles vides."

  

Ce n'est pas celui qui s'abstient du plaisir qui le maîtrise, mais celui qui s'en réjouit sans excès. De même que maîtrise un navire ou un cheval non pas celui qui ne les utilise pas, mais celui qui les dirige où il veut.

  

L'épicurisme s'épanouit davantage dans une époque en ruine. La construction de soi comme seule et unique réponse à la désintégration d'un monde, voilà qui fait songer à d'autres périodes de l'histoire...

  

L’essentiel consiste à jouir de l’instant, à demander au présent ce qu’il peut donner, et rien d’autre. […] L’hédonisme célèbre l’instant et se défie du passé ou du futur : aller chercher ailleurs que dans cette dimension ponctuelle du temps les occasions de jubiler, voilà une erreur.

  

Déconstruire la politique, oui ; mais pas pour qu’elle devienne le champ d’action des communicants.

  

Déconstruire la philosophie, oui ; mais pas pour qu’elle devienne un sabir d’autistes.

  

Déconstruire la famille, oui ; mais pas pour que les parents se comportent comme des enfants.

  

Déconstruire l’art classique, oui ; mais pas pour que n’importe quoi devienne oeuvre d’art.

  

Déconstruire la phallocratie, oui ; mais pas pour légitimer l’abolition des sexes.

  

Déconstruire l’école, oui ; mais pas pour transférer le pouvoir à l’enfant-roi.

  

Déconstruire la prison, oui ; mais pas pour transformer le coupable en victime.

  

Faire de la neuroergonomie, c'est libérer la vie mentale des gens.Nous pouvons mieux apprendre, mieux produire, mieux voter, nous pouvons mieux penser, mieux communiquer, mieux comprendre, tout cela en étant plus épanouis, plus heureux, plus productifs et donc plus brillants.

  
content top