content top

Recherche mot : mots

Lire l'ouvrage comme on le fait aujourd'hui, en lecture solitaire et silencieuse, pour une aventure égotiste entre l'auteur et soi, peut saturer. Le caractère de fête populaire des mots dits d'une aventure disparaît dans la cérémonie de lecture silencieuse de mots écrits.

  

Il ne fait pas confiance aux mots qui travestissent les choses et médiatisent un réel s'enfuyant dès qu'on le nomme.

  

La philosophie n'est pas l'art d'un alphabet nouveau, mais celui de combinaisons nouvelles de mots anciens...

  

La déréliction d’une époque s’accompagne de la déréliction du langage. Quand plus rien ne fait sens, pourquoi les mots le feraient-ils, eux et eux seuls ?

  

La langue est consubstantielle à la pensée. On pense dans les mots. On pense par les mots. On pense dans la langue.

  

La Révolution française fut une révolution du verbe. Les mots sont des armes.

  

Demain... les armes se réduiront peut-être à des mots. Les mots les plus nombreux, les mots les plus rapides, les derniers mots.

  

Les mots ont moins de pouvoir que de sens : gare au contexte dans lequel ils apparaissent ! Gare aux intonations ! Gare à la typographie !

  

C'est dans les mots que nous pensons, car le mot donne à la pensée son existence la plus haute et la plus vraie.

  

Ce ne sont pas les mots mais les actes qui comptent.

  

Lorsque des gens n'hésitent pas à faire de fausses promesses, les mots n'ont plus aucun sens.

  

Si tu t'arroges la vie d'un homme, tu lui dois de le regarder dans les yeux et d'écouter ses derniers mots. Si cela t'est insupportable, alors peut-être ne mérite-t-il pas de mourir.

  

Que pèse l'honneur, contre l'amour d'une femme ? Que pèse le devoir, contre un nouveau-né qu'on étreint… , ou contre le souvenir d'un frère qui sourit ? Du vent, des mots. Des mots, du vent. Nous ne sommes que des créatures humaines, et les dieux nous ont créées en vue de l'amour. C'est là notre auguste gloire, là notre auguste tragédie.

  

Laisse les sots voir que les mots te blessent, et leurs quolibets ne te lâcheront pas. S’il leur plaît de te donner un sobriquet, prends-le, approprie-le-toi. Dès lors, ils seront désarmés.

  

Évite à tout prix ceux qui ne sont près de toi que dans les moments de tristesse, avec des mots de consolation. Parce que ceux-là en réalité se disent : « Je suis plus fort. Je suis plus sage. Je n'aurais pas fait ce pas. » Et reste avec ceux qui sont à tes côtés aux heures de joie. Parce que dans ces âmes, il n'y a pas de jalousie ou d'envie, seulement le bonheur de te voir heureux.

  
content top