content top

Recherche mot : meurtre

Camus n'a cessé de réfléchir sur le crime légal, l'assassinat idéologique, le meurtre de soi ou de son prochain, la mise à mort programmée, légitimée – il s'est constamment révolté devant cet injustifiable majeur.

  

Camus n'a cessé de réfléchir sur le crime légal, l'assassinat idéologique, le meurtre de soi ou de son prochain, la mise à mort programmée, légitimée – il s'est constamment révolté devant cet injustifiable majeur.

  

Le véritable acte philosophique est le meurtre de soi.

  

Les criminels n'ont pas de religion, leurs extases sont le meurtre, la destruction et la corruption sur terre. L'Islam condamne les charlatans diaboliques et assassins, malheur à eux dans ce monde et dans l'autre.

  

Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l'apparence de la solidité à ce qui n'est que vent.

  

Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l'accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air.

  

Le meurtre suppose et couronne la révolte: celui qui ignore le désir de tuer aura beau professer des opinions subversives, il ne sera jamais qu'un conformiste.

  

Les soldats se mettent à genoux quand ils tirent : apparemment pour demander pardon du meurtre.

  

Il n'y a pas de suicides, il n'y a que des meurtres.

  

La vie est née dans la violence. Sur la tête de chacun de nous pèse la malédiction ancestrale de cinquante millions de meurtres.

  

Celui qui soutient sa folie par le meurtre, est un fanatique.

  

Nous sommes réticents aux meurtres particuliers, mais permissifs aux génocides et résignés au meurtre général, biologique.

  

L'usage exige qu'un sadique reconnaisse le meurtre mais non pas le plaisir.

  

Le meurtre parfait est de pousser l'autre au suicide...

  

Tendre l'autre joue est une incitation au meurtre.

  
content top