content top

Recherche mot : lecture

Tradition, propagande, hasard ou conseil choisissent nos lectures. Nous ne choisissons que ce que nous relisons.

  

La lecture est une drogue incomparable, parce que, plus qu'à la médiocrité de notre vie, elle nous permet d'échapper à la médiocrité de notre âme.

  

Cette légère ébriété que procure la lecture, nous la nommerons "livresse".

  

Lire l'ouvrage comme on le fait aujourd'hui, en lecture solitaire et silencieuse, pour une aventure égotiste entre l'auteur et soi, peut saturer. Le caractère de fête populaire des mots dits d'une aventure disparaît dans la cérémonie de lecture silencieuse de mots écrits.

  

La cryptomnésie définit donc ici l'enfouissement inconscient d'une référence acquise par la lecture, puis son surgissement à un moment inopiné dans l'élaboration d'une théorie qu'on prétend exclusivement sortie de son esprit vierge.

  

Une lecture dogmatique n'a rien à voir avec les textes, mais avec l'esprit du lecteur.

  

La lecture comme l'amour est la pierre à aiguiser l'âme.

  

Il n'y a vraiment que deux choses qui puissent faire changer un être humain : un grand amour ou la lecture d'un grand livre.

  

La lecture est un stratagème qui dispense de réfléchir.

  

La guerre fait joliment bien dans l'histoire et la paix fournit une pauvre lecture.

  

Le plus bel hommage que nous puissions rendre à un auteur n'est pas de rester attachés à la lecture de ses pages, mais plutôt de cesser inconsciemment de lire, de reposer le livre, de le méditer et de voir au-deLà de ses intentions avec des yeux neuf

  

La lecture encombre la mémoire et empêche de penser.

  

La lecture apporte à l'homme plénitude, le discours assurance et l'écriture exactitude.

  

La vraie lecture commence quand on ne lit plus seulement pour se distraire et se fuir, mais pour se trouver.

  

Dans la lecture solitaire, l'homme qui se cherche lui-même a quelque chance de se rencontrer.

  
content top