content top

Recherche mot : humanisme

L'humanisme classique ne vit que de banquets philosophiques où les convives impalpables se nomment en majuscules.

  

Nous avons tous besoin de modèles, de nous identifier à d'Artagnan, Cyrano ou Julien Sorel. Si l'école ne leur donne pas cette possibilité-là, nos jeunes iront chercher leurs modèles ailleurs, dans les jeux vidéo, les blockbusters américains et au sein de l'État islamique. Il faut redonner du sens et développer un humanisme nouveau, c'est-à-dire une très haute idée de ce qu'est l'être humain et de ce que doit être sa vie.

  

C'est parce que nous n'avons pas organisé le monde sous l'inspiration d'un véritable humanisme que nous avons recours à l'humanitaire comme palliatif à cette grande défaillance.

  

Il est dommage que le temps passé à essayer de savoir s'il existe une vie après la mort ne soit pas consacré à comprendre ce qu'est la vie, et, en comprenant son immense valeur, à agir pour en faire un chef-d’oeuvre inspiré par un humanisme vivant et actif, au sein duquel la modération serait un art de vivre.

  

L'islam originel appelle à l'humanisme et à l'universalisme, contrairement au traditionalisme idéologique qui mène au communautarisme et au repli identitaire. Le premier est l'enseignement de Dieu, Maitres des mondes ; le second est l'embéguinement des sectaires, doctrinaires et bornés.

  

Un humanisme bien ordonné ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l'homme, le respect des autres êtres avant l'amour-propre.

  

Il est plus facile de professer en paroles un humanisme de bon aloi, que de rendre service à son voisin de palier.

  

L'individualisme, qui n'est qu'un humanisme conscient de soi, est une école de fierté.

  
content top