content top

Recherche mot : eau

A un tel niveau, l'abstention prend le sens d'une insurrection civique froide.

  

Il faut donc travailler au marteau-piqueur pour arracher les racines profondes que le cancer de l'Europe libérale a incrustées dans la chair de notre République. Il faut demander au peuple français son avis sur les questions essentielles qui engagent son identité républicaine.

  

Ces dollars n'ont aucune contrepartie matérielle réelle. Ce sont seulement des morçeaux de papier dont la valeur n’excède pas celle de l'encre qui a servi à les imprimer.

  

J'ai beau me dire que c'est comme ça, que sans vieillir on n'oublie pas.

  

Moi j'offrirais mon âme, mon cœur et tout mon temps, mais j'ai beau tout donner, tout n'est pas suffisant.

  

Garde cette chance, que nous t'envions en silence, cette force de penser que le plus beau reste à venir.

  

Comme beaucoup de grands écrivains, Alexandre Jardin n’a pas de biographie : sa vie est dans son oeuvre.

  

Voir un pays ne suffit pas, il faut aussi l'entendre et le goûter, s'en pénétrer par tous les pores de la peau. Le corps est la seule voie d'accès à la connaissance. Grimod de La Reynière a fort bien montré qu'il n'y a de géographie sans ennui que gourmande.

  

Mon père ne me fit pas beaucoup de promesses dans mon existence d'enfant, mais il les a toutes tenues.

  

L'ivresse absolue, celle qui métamorphose le buveur en objet ivre mort, est un attentat contre la bipédie à l'endroit même de ses symboles : la verticalité, la main libérée, le cerveau sollicité, le cortex développé, donc le langage, l'intelligence, la faculté de raisonner. Elle est la flaccidité contre l'homo erectus.

  

C'est à peine si je frôle encore les crêtes des vagues. L'existence où je serais censé nager m'est comme extérieure, et je touche sa peau joueuse non sans un frisson de volupté : suis-je devenu poisson volant ?

  

Une géorgique de l'être contemporain, autrement dit une culture de soi qui emprunte les modèles à l'agriculture, permettrait d'envisager un genre de construction de soi tel un beau jardin.

  

A l'eau pour les abstèmes et du vin pour les jouisseurs. Le médoc de Kant et son élection pour le cabillaud, l'eau de source et les claires fontaines, le lait caillé et les fruits frais de Rousseau.

  

Voir un pays ne suffit pas, il faut aussi l’entendre et le goûter, s’en pénétrer par tous les pores de la peau. Le corps est la seule voie d’accès à la connaissance.

  

Le corps du penseur est avant tout une chair d'exception, à la peau si fine qu'on devine l'écorché au moindre souffle, à la plus petite variation de température.

  
content top