content top

Recherche mot : demande

Le capitalisme ne lui plaît pas, parce qu'il réduit tout au mercantilisme, aux rapports marchands. Il déplore que le principe de l'offre et de la demande soit devenu régulateur de tout.

  

Personne ne m'aura demandé si mes morts ne tenaient pas trop de place dans mon cœur. A l'hôpital, le corps n'a pas d'âme.

  

La nature ayant donné aux femmes la beauté, le charme et la bonté, qu'elles n'en demandent pas plus, écrit-il à sa fiancée le 15 novembre 1883...

  

L’essentiel consiste à jouir de l’instant, à demander au présent ce qu’il peut donner, et rien d’autre. […] L’hédonisme célèbre l’instant et se défie du passé ou du futur : aller chercher ailleurs que dans cette dimension ponctuelle du temps les occasions de jubiler, voilà une erreur.

  

Pendant des millénaires, la vie des être humains était rattachée au soleil et à la nature. Notre existence n'est désormais plus liée au cycle des saisons et à celui de la terre, nous avons inventé une humanité hors-sol. En France, nous bétonnons l'équivalent d'un terrain de foot toutes les cinq minutes. Cela produit de la laideur, du non-sens et du consumérisme stupide mais cela ne peut nourrir l'humanité, ni physiquement, ni spirituellement. L'amour de la France n'est pas seulement intellectuel et culturel, il est charnel. On ne peut pas demander à des jeunes d'aimer leur pays s'ils ne l'ont jamais vu, s'ils ne le connaissent pas.

  

Quand je suis le plus faible, je vous demande la liberté, parce que c’est votre principe ; mais quand je suis le plus fort, je vous l’ôte, parce que c’est le mien.

  

L'Amérique n'est plus essentielle au monde par sa production, mais par sa consommation, dans une situation de demande globale, phénomène structurel crée par le libre-échange.

  

Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé.

  

Plutôt que de se demander, comme beaucoup, s'il a une vie après la mort, lui est allé voir du côté de l'Ardèche s'il n'existerait pas une vie avant la mort...

  

La modération c’est ajuster l’indispensable et le nécessaire et réduire le superflu. Tant que nous ne réduirons pas le superflu, nous continuerons à être victimes de notre boulimie, car l’être humain est manipulé pour être insatiable. Un être humain qu’on installe dans l’idée qu’il n’a jamais assez, les gagneurs d’argent ne demandent que ça.

  

Il ne suffit pas de se demander : "Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ?" ; il faut également se poser la question : "Quels enfants laisseront-nous à notre planète ?"

  

C'est une bizarrerie de l'espèce humaine, je crois, que nous ayons tous tellement envie d'être aimés sans nous demander si nous le méritons ou non.

  

Dans ses prières, le petit peuple demande la pluie, des enfants sains et un été perpétuel. Et les querelles des grands pour le pouvoir ou la couronne, il s'en moque - mais éperdument ! - du moment qu'on le laisse en paix. Mais on ne l'y laisse jamais.

  

Les hommes sages ne font pas de demandes aux rois.

  

Des baignoires tombent et des policiers tuent plus d'américains que le terrorisme, et pourtant on ne nous a jamais demandé de sacrifier nos droits les plus sacrés pour nous en protéger.

  
content top