content top

Recherche mot : critique

Comment dès lors entendre la justesse de bons arguments critiques dans un monde où l'essentiel de la classe intellectuelle communie moins dans la gauche que dans son catéchisme ?

  

L'auteur maitrise parfaitement l'art de la rhétorique, mais il s'en sert dans cet essai pour verser des tonnes de haine, mépris et aigreurs sur les people du monde politique et médiatique qui l'ont déçu ou attaqué. Quand on devient soi-même un personnage médiatique il faut savoir affronter les critiques à tout va, ou alors on ne se "montre" pas.

  

Sade prépare le nazisme car il critique la pitié. Le repentir donne un sens au passé.

  

Qui peut avoir assez de liberté, d'esprit critique, d'intelligence rebelle et libertaire, pour s'affranchir de journaux qu'il croit libres, de journalistes qu'il estime honnêtes, d'éditorialistes qu'il suppose sincères, lorsqu'il s'agit de se faire un avis ?

  

Une fois en poste, ils ne tardent pas à vérifier ce que l'on a pas cessé de leur enseigner, à savoir que l'on doit éviter autant que possible l'esprit critique et les opinions solitaires.

  

Je ne suis pas convaincu que l'image fasse comprendre. Barthes disait : "un jour, l'image aura le dernier mot". Et, nous vivons ces temps tragiques où l'on exprime que par image, que l'on comprend que par image et qu'à vrai dire vous devez, par rapport à un public qui est formaté pour le visuel, pour le sensoriel, mais qui a fait tout abandon de l'esprit critique, vous devez viser l'émotion, le cœur et tout ce qu'il y a de poisseux dans l'homme. Vous en faites un métier.

  

A nos réserves, à nos critiques, l'islam répond par la fatwa, les lynchages, le déferlement de foules hurlantes, les attentats, le fer et le feu. A notre liberté répond sa contrainte; à notre droit sa force.

  

Le blasphème ne peut être que le fait du croyant. L'athée, l'agnostique, le sectateur d'un autre credo ne blasphème pas, il exerce son esprit critique et analytique. La foi de l'autre n'est qu'une opinion, une représentation du monde qu'il peut juger et récuser librement. Là sont la liberté d'opinion et son corrélat, la liberté d'expression auxquellles nous tenons essentiellement.

  

La critique du christianisme est critique ; celle de l'islam, provocation. Pour l'islam, il n'y a que les croyants et les infidèles. Infidèles, nous le sommes, certes.

  

Un critique littéraire n'est jamais qu'un lecteur pressé, arrogant et dénué de toute sagesse.

  

On ne flatte jamais mieux qu'en affichant une franche critique.

  

Nos émotions nous enferment alors que la spiritualité est souffle et quête de liberté. Des spiritualités anciennes aux psychologies modernes, en passant par les religions et les philosophies, les enseignements sont les mêmes : il s'agit de prendre conscience de ses propres fonctionnements individuels et collectifs, d'établir une distance critique entre soi et soi de même qu'avec l'univers alentour, d'apprendre à écouter, d'apprendre à dire et à communiquer, d'appréhender enfin positivement la complexité de soi et d'autrui.

  

Aussi longtemps que vous ressentirez ce qui est bon ou mauvais dans vos amis, vous provoquerez une faille par laquelle peut entrer la méchanceté dans votre cour. Eprouver, entrer en compétition, critiquer les autres, vous affaiblit et vous abat.

  

Aussi longtemps que vous ressentirez ce qui est bon ou mauvais dans vos amis, vous provoquerez une faille par laquelle peut entrer la méchanceté dans votre cour. Eprouver, entrer en compétition, critiquer les autres, vous affaiblit et vous abat.

  

Il y a trois sortes de critiques : ceux qui ont de l'influence, ceux qui en ont moins, ceux qui n'en ont pas du tout. Les deux dernières n'existent pas. Toutes les critiques ont de l'influence.

  
content top