content top

Recherche mot : choses

Il ne fait pas confiance aux mots qui travestissent les choses et médiatisent un réel s'enfuyant dès qu'on le nomme.

  

Posséder, c'est être l'esclave des choses, de l'avoir, de la propriété. Ce peuple libertaire n'est l'esclave de rien ni de personne. Aucun objet ne saurait lui être un lien ! Quand on "est" vraiment, ontologiquement, on n'a pas besoin d'avoir, matériellement.

  

Tant que la religion reste une affaire entre soi et soi, après tout, il s'agit seulement de névroses, psychoses et autres affaires privées. On a les perversions qu'on peut, tant qu'elles ne mettent pas en danger ou en péril la vie d'autrui...

  

La civilisation a étouffé le naturel en nous : découvrir la simplicité, savoir en quoi consiste une vie naturelle, une alimentation saine ne sont pas choses évidentes.

  

Freud crée l'inconscient en prononçant son nom... Cette magie de la création d'un monde par le seul fait de son énonciation définit la méthode de Freud : il dit, et les choses sont.

  

Etre libre, c'est obéir à la nécessité que nous enseigne la roue de l'éternel retour des choses.

  

C'est dans l'ordre ontologique des choses que les hommes préfèrent des illusions qui les sécurisent à des vérités qui les inquiètent.

  

Trop de gens dépensent de l’argent qu’ils n’ont pas pour acheter des choses qu’ils ne veulent pas, pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas.

  

Le tout-venant politicien est d'une pusillanimité sans nom, incapable de penser les choses dans leurs nuances, manipulant des objets comme "France", "les Français", "l'avenir", "l'économie", "l'emploi", sans en avoir l'ombre d'une représentation mentale précise.

  

Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau.

  

Nous sommes tous distraits, parce que nous avons nos rêves ; seul, le perpétuel recommencement des mêmes choses finit par nous imprégner d'elles.

  

Le courage consiste à donner raison aux choses quand nous ne pouvons les changer.

  

La force des choses, comme on disait autrefois, va séparer l'Europe de l'Amérique.

  

On écrit aujourd’hui assez ordinairement sur les choses qu’on entend le moins. Il n’y a si petit écolier qui ne s’érige en docteur. À voir ce qui s’imprime tous les jours, on dirait que chacun se croit obligé de faire preuve d’ignorance.

  

Sois comme l’eau qui trouve son chemin à travers les fissures. Ne sois pas assuré, mais adaptes toi à l’objet et tu trouvera un moyen de le contourner ou de passer à travers. Si rien en toi ne reste rigide, les choses extérieures vont se révéler. Vides ton esprit, sois informe. Informe, comme l’eau. Si tu mets de l’eau dans une tasse, elle devient la tasse. Tu mets de l’eau dans une bouteille et elle devient la bouteille. Tu la mets dans une théière, elle devient la théière. Maintenant, l’eau peut couler ou s’écraser. Sois l’eau, mon ami.

  
content top