content top

Recherche mot : capitalisme

Le capitalisme excelle dans la transmutation du temps des esclaves en argent pour les maîtres...

  

La société industrielle du moment et le capitalisme doivent pouvoir fonctionner sans entrave métaphysique, ontologique, donc politique.

  

Le capitalisme ne lui plaît pas, parce qu'il réduit tout au mercantilisme, aux rapports marchands. Il déplore que le principe de l'offre et de la demande soit devenu régulateur de tout.

  

Il est vrai que Karl Marx a fait l'analyse du capitalisme mondialisé la plus intelligente qui ait jamais été écrite.

  

Le capitalisme n'est plus un système de production par le capital, mais un système de production de capital, favorisé par le crédit, les dettes et la création monétaire de banques centrales.

  

Je suis conservatrice, au sens de George Orwell, celui de "l'anarchisme tory", par opposition au parti libéral bourgeois du XIXème siècle. Je me reconnais dans ce conservatisme des petites gens, qui aspirent à préserver leurs traditions, leurs modes de vie, ce qui donne un sens à leur existence. Parce que dans ces traditions, dans ces réseaux de sociabilité, il y a les anticorps face aux méfaits du capitalisme.

  

Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

  

Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme ; et le marxisme, c'est le contraire.

  

La supériorité des occidentaux tient, en dernière analyse, au capitalisme, c'est-à-dire à la longue accumulation de l'épargne. C'est l'absence de capitaux qui rend les peuples sujets.

  

Camarades?! Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'Homme par l'Homme. Le syndicalisme, c'est le contraire.

  

Il n'y a qu'une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d'impôts.

  

L'actionnaire est la plus belle invention du capitalisme. Le partage des responsabilités par un grand nombre. La politique de la peur, de la faim, de la misère diluée au niveau des masses qui en souffrent.

  

Le seul homme qui tire profit du capitalisme est l'escroc, et il devient millionnaire en un rien de temps.

  

On voit bien déjà  que le néo-capitalisme est prêt à partager plus équitablement les richesses, mais non le pouvoir.

  

Le dimanche soir, l'un des pires moments que l'on puisse imaginer : encore en congé mais déjà  au travail, toute la force du capitalisme à l'oeuvre.

  
content top