content top

Recherche mot : bas

La vulgate et les lieux communs, la pensée du moment et la mode pèsent d'un poids terrible sur l'intelligence qu'ils étouffent à bas bruit, mais de façon très efficace.

  

Le populicide libéral commis par la droite et la gauche permet de gouverner sans le peuple et de jouer avec le troupeau de ceux qui continuent à apporter leur crédit aux barbares qui massacrent leur intelligence à bas bruit.

  

Polytechnicien, énarque, cet homme aux mains pâles et aux jambes interminables déroule ses bonnes manières sans se forcer. Ce descendant du marquis de Sade, selon une rumeur qu'il dément, confirme avoir connu l'extase au moment où "deux prêtresses ont brodé à [ses] oreilles de la dentelle musicale", lors d'une représentation à Bastille de Norma de Bellini.

  

Et c'est le savoir, le savoir !, qui me semble la base de toute chose. Alors qu'on cesse de dire à ces pauvres enfants aux têtes blondes et brunes, désormais sacrifiés, qu'il leur suffit d'avoir une intelligence bien faite et que l'ignorance est un état de liberté salutaire. L'ignorance ne rend pas libre. Ou elle fait la liberté des progressistes. Le savoir enracine. Il fait des conservateurs.

  

Et c'est le savoir, le savoir !, qui me semble la base de toute chose. Alors qu'on cesse de dire à ces pauvres enfants aux têtes blondes et brunes, désormais sacrifiés, qu'il leur suffit d'avoir une intelligence bien faite et que l'ignorance est un état de liberté salutaire. L'ignorance ne rend pas libre. Ou elle fait la liberté des progressistes. Le savoir enracine. Il fait des conservateurs.

  

Le basculement de la France dans l'incroyance généralisée et la liberté des moeurs pose des problèmes d'équilibre psychologique et politique à la population en cours de transformation.

  

Les sceptiques disent : «L’homme ne peut pas voler», le faiseur dit : «Peut-être, mais nous allons essayer». Finalement il survole l’incandescence du matin, tandis que les non croyants regardent d’en bas.

  

Je ne veux pas participer à ce modèle de société qui a donné à l’argent plus d’importance qu’à la vie. Je suis ici-bas pour vivre, je ne suis pas ici pour augmenter le produit national brut.

  

Les philosophes ne savent rien, et prétendent tout savoir ; ils s'ignorent eux-mêmes et ne voient ni la fosse ouverte à leurs pieds, ni le rocher qui se dresse devant eux ; leur vue est courte et leur esprit bas.

  

Nous n'avons pas de nom, pas de famille, nous sommes des gens pauvres et vulnérables et pourtant réunis. Nous faisons basculer les empires.

  

Je crois que j’ai toujours aimé l’Angleterre parce que ce pays est hors de la mode. Il est intemporel. Là-bas, il ne s’agit pas d’être au fait du dernier look. On apprécie les marques du temps et ces choses qui s’anoblissent avec l’âge.

  

J’ai toujours été inspiré par les images du rêve américain : des familles à la campagne, de vieux tracteurs, des vieilles fermes, faire du bateau sur les côtes du Maine, parcourir les routes boueuses dans une vieille voiture familiale lambrissée, une décapotable remplie de jeunes collégiens avec une coupe en brosse, des sweatshirts et des baskets effilochées.

  

Difficile défi que de ressentir une continuelle sérénité dans un monde fondé et basé sur une perpétuelle rivalité.

  

De la manière dont elle a organisé sa base technologique, la société industrielle contemporaine tend au totalitarisme. Le totalitarisme n'est pas seulement une uniformisation politique terroriste, c'est aussi une uniformisation économico-technique non terroriste qui fonctionne en manipulant les besoins au nom d'un faux intérêt général.

  

Tout ce qui arrive ici-bas est régi par les forces du destin.

  
content top