content top

Recherche mot : atheisme

L'athéisme est la condition de possibilité de l'hédonisme : l'existence de Dieu est incompatible avec la liberté des hommes.

  

Quand la croyance fâche avec l'immanence, donc soi, l'athéisme réconcilie avec la terre, l'autre nom de la vie.

  

L'athéisme sait que la raison est limitée, le savoir immense, le connu infiniment plus petit que l'inconnu, il s'appuie sur la science qui, en nombre de domaines, en est à ses balbutiements, il admet le point d'interrogation, au contraire des croyants qui savent tout sur tout puisque ce qui est a été voulu et créé par leur dieu.

  

L'athéisme ne fait pas du hasard sa religion. Il est une pensée modeste là où les religions sont des pensées totalitaires, totalisantes, explicatives de la totalité par un principe simple - dieu...

  

Aucun des inventeurs de l’athéisme ne fut un homme de science. Tous ne furent que de très médiocres philosophes.

  

L'athéisme est diviseur.

  

Nos fautes sont des dettes contractées ici et payables ailleurs. L'athéisme n'est autre chose qu'un essai de déclaration d'insolvabilité.

  

Le produit le plus net de l'athéisme est le désespoir.

  

L'athéisme dresse contre Dieu un procès-verbal de carence.

  

Le fanatisme est un monstre mille fois plus dangereux que l'athéisme philosophique.

  

Si Dieu n'apparaît pas aux athées, c'est parce qu'il a peur qu'ils ne le convertissent à l'athéisme.

  

L'athéisme en France est une religion et l'anticléricalisme une église.

  

Mais l'athéisme qui évince Dieu, évince-t-il les questions sur Dieu ?

  

Si Dieu était visible, l'athéisme deviendrait une foi.

  

Si l'athéisme se propageait, il deviendrait une religion aussi intolérable que les anciennes.

  
content top