content top

Recherche mot : amer

Nous sommes en ploutocratie et cela depuis deux cents ans, depuis les révolutions anglaise, américaine, française, depuis l’avènement du gouvernement représentatif.

  

Plus que jamais, il est utile et nécessaire de ne pas oublier Foucault. Toute volonté, ici, d'enterrer son œuvre, de nier sa postérité potentielle, de clamer, au nom de quelques-unes de ses erreurs, la caducité de l'ensemble de son travail désigne, là, un secret désir de consolider l'édifice qu'il avait entrepris d'effondrer.

  

Les Américains sont "les esclaves d'un tyran économique et moral". Esclaves du négoce, des préjugés, des conventions, du commerce, de l'industrie, de l'argent. La politique, quelle qu'elle soit, ne remet jamais ces vices en cause.

  

Nous avons tous besoin de modèles, de nous identifier à d'Artagnan, Cyrano ou Julien Sorel. Si l'école ne leur donne pas cette possibilité-là, nos jeunes iront chercher leurs modèles ailleurs, dans les jeux vidéo, les blockbusters américains et au sein de l'État islamique. Il faut redonner du sens et développer un humanisme nouveau, c'est-à-dire une très haute idée de ce qu'est l'être humain et de ce que doit être sa vie.

  

L'incapacité des États-Unis à percevoir les Arabes comme des êtres humains en général s'inscrit dans une dynamique de reflux de l'universalisme endogène à la société américaine.

  

La globalisation existe à deux niveaux, l'un mondial, l'autre régional, mais elle est avant tout , ainsi que le craignent les analystes stratégistes américains, une régionalisation par continent et sous-continent.

  

Le recul de l'universalisme est, malheureusement pour le monde, la tendance idéologique centrale de l'Amérique actuelle.

  

La force des choses, comme on disait autrefois, va séparer l'Europe de l'Amérique.

  

Dépendante économiquement, l'Amérique a besoin d'un niveau de désordre qui justifie sa présence politico-militaire dans l'Ancien monde.

  

L'Amérique n'est plus essentielle au monde par sa production, mais par sa consommation, dans une situation de demande globale, phénomène structurel crée par le libre-échange.

  

Bien loin d'être tentée par un retour à l'isolationnisme, l'Amérique a peur de l'isolement , de se retrouver seule dans un monde qui n'aurait plus besoin d'elle.

  

Les humains trouvent parfois une sorte de plaisir à nourrir des sentiments douloureux, à se blâmer sans raison ou même contre toute raison.

  

Que ce soit dans l’islam, religion de mon enfance, le christianisme ou le judaïsme, j’ai toujours entendu proclamer avec conviction que la Création est oeuvre divine. Devenu un écologiste conscient du comportement des humains à l’égard de la nature, j’ai été étonné par la passivité des religions face aux immenses profanations qui sont infligées à la Création.

  

Des baignoires tombent et des policiers tuent plus d'américains que le terrorisme, et pourtant on ne nous a jamais demandé de sacrifier nos droits les plus sacrés pour nous en protéger.

  

J’ai toujours été inspiré par les images du rêve américain : des familles à la campagne, de vieux tracteurs, des vieilles fermes, faire du bateau sur les côtes du Maine, parcourir les routes boueuses dans une vieille voiture familiale lambrissée, une décapotable remplie de jeunes collégiens avec une coupe en brosse, des sweatshirts et des baskets effilochées.

  
content top