content top

Recherche mot : ame

D'une façon générale, l'école ici doit parfaite sa vocation émancipatrice. L'ignorance des déterminismes dont nous sommes partie prenante nous asservit toujours tandis que leur connaissance nous améliore en nous rendant capables de les maîtriser.

  

Moi j'offrirais mon âme, mon cœur et tout mon temps, mais j'ai beau tout donner, tout n'est pas suffisant.

  

La richesse s'écoule naturellement vers les âmes basses.

  

La cité disparaît, tandis que le monde entier s'urbanise. La cité occidentale était une personne. Aujourd'hui, l'hypertrophie urbaine et le centralisme étatique la désintègrent en un simple entassement de gîtes sans âme.

  

L'âme cultivée est celle où le vacarme des vivants n'étouffe pas la musique des morts.

  

La lecture est une drogue incomparable, parce que, plus qu'à la médiocrité de notre vie, elle nous permet d'échapper à la médiocrité de notre âme.

  

Nous sommes en ploutocratie et cela depuis deux cents ans, depuis les révolutions anglaise, américaine, française, depuis l’avènement du gouvernement représentatif.

  

Plus que jamais, il est utile et nécessaire de ne pas oublier Foucault. Toute volonté, ici, d'enterrer son œuvre, de nier sa postérité potentielle, de clamer, au nom de quelques-unes de ses erreurs, la caducité de l'ensemble de son travail désigne, là, un secret désir de consolider l'édifice qu'il avait entrepris d'effondrer.

  

L'âme dynamique aime lever le camp, étouffer le feu, éparpiller les cendres et prendre la route; elle aime moins le lieu quitté ou rejoint que le déplacement, la translation, l'état intermédiaire, l'entre-deux.

  

Trop de siècles chrétiens ont enseigné qu'elles [les femmes] n'étaient rien, moins que rien, la lie de l'humanité, sans âme, indigne de considération, pécheresses, tentatrices et autres sornettes.

  

Le destin de femme réduit à celui d'épouse chaste, puis de mère vierge, agit comme une malédiction lancée sur le corps et l'âme des femmes.

  

Le plus noble et le plus infâme des engagements comportent la même formule : “Endurer le feu, les fers, la mort par le glaive”.

  

La nature fut pour moi la première culture et il me fallu un long temps pour distinguer dans la culture la mauvaise qui nous éloigne de la nature et la bonne qui nous y ramène.

  

L'érotisme est à la sexualité ce que la gastronomie est à la nourriture : un supplément d'âme.

  

Personne ne m'aura demandé si mes morts ne tenaient pas trop de place dans mon cœur. A l'hôpital, le corps n'a pas d'âme.

  
content top