content top

Recherche mot : adversaire

L’unité nationale, quand elle est le souhait d’un chef d’État qui est en campagne pour sa réélection et qu’elle est proposée à des gens qui sont concurrents, adversaires, voire ennemis parce qu’ils sont eux aussi en campagne pour la même élection, est une fiction. Hollande veut l’unité nationale… derrière lui ! La France est le cadet de ses soucis – de même chez ses challengers…

  

La police de la pensée est assurée dans toute la société par le réseau serré constitué par de multiples institutions et organisations, où se conjuguent les adversaires d’hier, entreprises et syndicats, Église et franc-maçonnerie...

  

Nous avons vu que l'éloquence est une appropriation de l'esprit de l'autre ; c'est une force violente, irrespectueuse, immorale et mensongère. Que reste t'il ? la préoccupation de faire triompher une vision ; le bonheur de savoir qu'on le peut en terrassant son adversaire, en tuant la pensée de l'autre et en le laissant mort à son idée.

  

Pour amener l'adversaire à accepter un point de vue contraire à ses intérêts, la propagande doit, au préalable, créer l'atmosphère factice qui déterminera chez l'adversaire l'aberration suffisante pour qu'il se laisse duper.

  

On perd son temps à discuter avec un adversaire qui n'a que des affirmations à opposer à des faits.

  

Blesser un adversaire, c'est se blesser soi-même. Contrôler une agression sans infliger de blessure, c'est l'Aïkido.

  

La Voie du Guerrier est d'arrêter les troubles avant qu'ils ne commencent. Elle consiste à vaincre les adversaires spirituellement, en Leur faisant réaliser La folie de leur action. La Voie du Guerrier est d'établir l'Harmonie.

  

En Aïkido, l'entraînement n'est pas fait pour devenir plus fort ou vaincre l'adversaire. Non. Il aide à avoir l'esprit de se mettre au centre de l'Univers et de contribuer à la paix mondiale, de faire que tous les êtres humains forment une grande famille.

  

Il nous est plus aisé d'arriver au pouvoir que de nous y maintenir, par la raison que, pour y arriver nous sommes aidés par les fautes de nos adversaires, et que quand nous y sommes, ils ont le même avantage sur nous.

  

L'homme qui n'a rien à perdre est le plus dangereux de tous les adversaires.

  

La guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté.

  

Ma liberté ne vaut que si j'assume celle des autres. La liberté de nos adversaires n'est-elle pas aussi la nôtre ?

  

Connais l'adversaire et surtout connais toi toi-même et tu seras invincible.

  

Etre libéral, c'est non seulement accepter les opinions divergentes, mais admettre que ce sont peut-être nos adversaires qui ont raison !

  

Ce qui est bien, c'est d'avoir tout un tas de pièces en prise : l'adversaire ne peut en prendre qu'une à la fois.

  
tas
content top