content top

Robert Bresson

Le cinéma sonore a inventé le silence.

  

Que ce soit les sentiments qui amènent les événements. Non l'inverse.

  

Monter un film, c'est lier les personnes les unes aux autres et aux objets par les regards.

  

Les gestes et les paroles ne peuvent pas former la substance d'un film comme ils forment la substance d'une pièce de théâtre.

  

Nouveauté n'est pas originalité ni modernité.

  

Pour un acteur, la caméra est l'oeil du public.

  

Moque-toi d'une mauvaise réputation. Crains une bonne que tu ne pourrais pas soutenir.

  

Condamnés sont les films dont les lenteurs et les silences se confondent avec les lenteurs et les silences de la salle.

  

Ce qui ennoblit un acteur sur les planches peut sur l'écran le rendre vulgaire.

  

Un film n'est pas fait pour une promenade des yeux, mais pour y pénétrer, y être absorbé tout entier.

  

Quand le public est prêt à sentir avant de comprendre, que de films lui montrent et lui expliquent tout.

  

Une chose ratée, si tu la changes de place, peut être une chose réussie.

  

L'oeil superficiel, l'oreille profonde et inventive. Le sifflement d'une locomotive imprime en nous la vision de toute une gare.

  

Le vrai est inimitable, le faux intransformable.

  

Une image trop attendue ne paraîtra jamais juste, même si elle l'est.

  
content top