content top

Paul Bourget

Une révolution est toujours inaugurée par des naïfs, poursuivie par des intrigants, consommée par des scélérats.

  

Nos actes nous suivent.

  

On n'est vraiment guéri d'une femme que lorsqu'on n'est même plus curieux de savoir avec qui elle vous oublie.

  

Il faut vivre comme l'on pense, autrement l'on finit par penser comme l'on vit !

  

Vérité sociale profonde : il n'y a d'accroissement de la force d'un pays, que si les efforts des générations s'additionnent.

  

L'homme, en se civilisant, n'a-t-il fait vraiment que compliquer sa barbarie et raffiner sa misère ?

  

Les souffrances extrêmes ont les intuitions infaillibles de l'instinct.

  

Un amour qui a passé par la jalousie est comme un joli visage qui a passé par la petite vérole : il est toujours un peu grêlé.

  

L'érotisme survit à tout.

  

Le flirt est l'aquarelle de l'amour.

  

La vie n'est incohérente que pour les intelligences incapables de démêler les causes.

  

Le flirt est le péché des honnêtes femmes et l'honnêteté des pêcheresses.

  

Il semble qu'il y ait, dans toute destinée, comme un rythme régulateur des événements, et qu'à chaque période de violence et de tumulte succède inévitablement une période de détente et de stagnation.

  

La pire misère du coeur n'est pas de saigner, mais d'être paralysé.

  

Les femmes et les journaux ont ceci de commun que chaque homme doit avoir un exemplaire personnel, ce qui ne l'empêche pas, parfois, de parcourir l'exemplaire du voisin.

  
content top