content top

Marcel Proust

Ce qui pour nous fait le bonheur ou le malheur de notre vie, constitue pour tout autre un fait presque imperceptible.

  

L'oubli est un puissant instrument d'adaptation à la réalité parce qu'il détruit peu à peu en nous le passé survivant qui est en constante contradiction avec elle.

  

Nous tenons de notre famille aussi bien les idées dont nous vivons que la maladie dont nous mourrons.

  

Rien n'est plus limité que le plaisir et le vice.

  

Il n'est pas certain que le bonheur survenu trop tard... soit tout à fait le même que celui dont le manque nous rendait jadis si malheureux.

  

La constance d'une habitude est d'ordinaire en rapport avec son absurdité.

  

Un livre est un grand cimetière où, sur la plupart des tombes, on ne peut plus lire les noms effacés.

  

Le bonheur est dans l'amour un état anormal.

  

Tout comme l'avenir, ce n'est pas tout à la fois, mais grain par grain que l'on goûte le passé.

  

Le plaisir de l'habitude est souvent plus doux encore que celui de la nouveauté.

  

On trouve innocent de désirer et atroce ce que l'autre désire.

  

La jeunesse est cet heureux temps où l'on devrait plutôt dire qu'on ne doute de rien plutôt que de dire qu'on n'y doute pas de soi.

  

Votre rêve le plus ardent est d'humilier qui vous a offensé. Mais si vous n'entendez plus jamais parler de lui, ayant changé de pays, votre ennemi finira par ne plus avoir pour vous aucune importance.

  

On a tort de parler en amour de mauvais choix, puisque dès qu'il y a choix il ne peut être que mauvais.

  

Toute action de l'esprit est aisée si elle n'est pas soumise au réel.

  
content top