content top

Marcel Jouhandeau

Un bon livre est un attentat.

  

L'homme est fait pour un instant de labeur et pour une éternelle paresse.

  

A mesure que le corps descend vers son déclin, vers son apogée l'âme s'élève.

  

La douceur envers soi est la source de toute politesse.

  

Du moment que le bonheur, c'est de vivre, on doit le trouver aussi bien dans la douleur que dans le plaisir et parfois jusque dans l'ennui.

  

C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un.

  

La meilleure façon qu'on ait de ramener toutes ses peines à leur juste valeur, c'est de se croire déjà  passé.

  

On a son secret, dont on fait d'abord mystère à soi.

  

La discrétion est la seule vertu qui souffre l'excès, sans en souffrir.

  

On a beau répondre froidement. Si l'on répond trop vite, c'est la passion.

  

Bien connaître quelqu'un, c'est l'avoir aimé et haï.

  

Aimer, c'est n'avoir plus droit au soleil de tout le monde. On a le sien.

  

N'est-ce pas avoir assez vécu que de mourir sans regret ?

  

Les hommes naissent libres et égaux en droits. Seulement, par la suite, il y en a qui se marient.

  

Si tu ne sais pas porter ton péché, ce n'est pas la faute de ton péché : si tu renies ton péché, ce n'est pas toujours ton péché qui est indigne de toi, mais toi de lui.

  
content top