content top

Louis de Funes

J'ai été poussé malgré moi vers le vedettariat.”

  

Peu importe que vous ayez du style, une réputation, ou de l'argent, si vous n'avez pas bon coeur, vous ne valez rien.

  

Ce que j'aime en moi, c'est Guignol.

  

À partir de la cinquantaine, je le dis comme je le pense, on n'est plus qu'un vieux cabot.

  

Je n'ai qu'une ambition : non pas devenir un grand comique comme Chaplin ou Keaton ou Danny Kaye mais un bon comique.

  

Moi je n'ai joué que des seconds rôles que j'ai transformés en premiers rôles.

  

Le comique ça ne tient à rien, c'est une chose qui est dans l'air le comique !

  

Le gendarme ? C'est toute l'humanité ! Au fond, on cire toujours les pompes de ses supérieurs hiérarchiques et on s'essuie sur le derrière de son sous-fifre !

  

Le cinéma ? Je le fais sur un écran, pas dans la vie !

  

Le comique, ce n'est pas seulement du talent, mais c'est surtout un don, une façon de sentir, de pouvoir comprendre et interpréter !

  

Je cultive mon jardin. Et dans ma vie professionnelle comme dans mon carré de jardin, j'ai bien l'intention d'exclure les navets !

  

J'ai abandonné la pêche le jour où je me suis aperçu qu'en les attrapant, les poissons ne frétillaient pas de joie.

  

Ce ne sont pas les attitudes que je trouve comiques mais les états d'esprit !

  

Les gens sont des comédiens, nous, nous sommes des acteurs.

  
content top