content top

Jean Michel Wyl

Chercher à comprendre, c'est commencer à désobéir.

  

Ah ! la guerre !... En chaque foyer, on lui donne deux sens distincts : calamité ou rédemption dépendant du bord où l'on s'est placé pour la considérer.

  

La sérénité, c'est l'absence de doute.

  

Mieux vaut une vie vécue qu'une vie qu'on aurait dû vivre !...

  

Je ne crois pas que les fous existent. Il y a seulement des incompris.

  

Même les bons diables envoient du monde en enfer !

  

L'indifférence. C'est déjà  une manière d'aridité.

  

Boire n'est pas un défoulement. C'est au contraire une contrainte imposée durement à l'intellect, afin qu'il ne présente point les images qui font souffrir.

  

La terre s'use, l'amitié des âmes, jamais. Quand on s'aime d'amitié, on voudrait pourtant que nos corps ne vieillissent point parce qu'on sait que la séparation approche de jour en jour.

  

Du millier de sortes d'amour qui existent en ce bas monde, seul, l'amour de Dieu ou pour Dieu est valable et digne de la plus haute considération, autant que du respect le plus total.

  

On ne gouverne bien et on ne commande bien qu'à des gens qu'on insulte librement ; qu'à des gens à qui l'on ne doit rien et vis-à-vis desquels on n'a pas à se sentir obligé.

  

Rien n'est plus beau, plus pur, plus vrai que le réveil du jour. Tout est jeune et fier. Le ciel, les arbres, les terres, tout a une couleur particulière.

  

La douceur est dangereuse lorsqu'on ne l'a jamais connue.

  

A part le doute, c'est le doute de croire qui fait le plus souffrir.

  

L'argent, ça libère un peu de la mort et de la solitude...

  
content top