content top

Henri Duvernois

Ma femme ? Je ne saurais mieux la comparer qu'à une invention française. C'est moi qui l'ai trouvée... et ce sont les autres qui en profitent !

  

Certains êtres balancent entre le besoin de servir et le besoin de persécuter. Il leur faut haïr comme il leur faut aimer. Ce sont des coeurs à deux compartiments, des coeurs doubles.

  

Tout pourrait être mieux, mais tout pourrait être plus mal. Donc tout est bien.

  

Les plaisirs sont faits pour les gens qui ne s'amusent pas.

  

Je crois que notre visite leur a fait du bien. Tu as vu combien ils avaient l'air tristes quand nous sommes arrivés, et leur sourire joyeux quand nous sommes partis.

  

L'argent dont on dit tant de mal, remplit tout au moins un rôle bienfaisant : celui de distraire des misères du coeur.

  

Et dire que les vieux arbres sont si beaux ! Hélas, on n'est pas de bois.

  

Le luxe, c'est l'art des imbéciles.

  

Après tout, il faut avoir une jeunesse. L'âge où l'on se décide à être jeune importe peu...

  

On a beau pleurer très sincèrement, il y a toujours un moment où il faut se remettre de la poudre.

  

Celui qui connaît les femmes, ne connaît pas leur âme ; il ne connaît même pas leur corps ; il ne connaît que leurs nerfs.

  

La jeunesse est une courte erreur, et la vieillesse un long regret.

  

Le mariage, un petit jeu de satiété.

  

Le coeur des hommes est une bibliothèque où s'alignent les romans tragiques, les idylles, les livres gais et aussi quelques livres légers : une bibliothèque rangée sans ordre apparent, mais complète.

  

On prend un amant comme un miroir, non pour le regarder, mais pour s'y regarder.

  
content top