content top

Helene Ouvrard

Il faut être riche de temps et d'argent pour avoir une vie intellectuelle : la culture n'est pas à la portée des démunis de la société.

  

L'amour et les affaires, c'est une drôle de paire. Ca va aussi bien ensemble que délicatesse et ambition.

  

Le calme qui évoque la paix dans la nature, fait toujours présager, dans l'entourage des humains, quelque sinistre catastrophe, comme si leur état normal était l'agitation, le bruit et la fureur.

  

L'amour est une lutte contre la partie de soi-même que l'on voit réfléchie dans l'autre.

  

Nos instincts, ceux qu'en nous-mêmes nous condamnons, ne sont vaincus que le jour où nous les avons épuisés par la satisfaction car à travers eux s'éteint aussi graduellement la cause qui les a fait naître.

  

Une grande douleur, un grand amour, s'effacent-ils vraiment ?

  

L'amour passe et choisit ses élus...

  

L'être est un mystère que l'on ne finit pas de creuser.

  

Les âmes sont ainsi. Elles se vendraient pour posséder un corps mais n'ont rien de plus urgent à faire que de quitter à la moindre défaillance celui qui leur a donné asile et nourriture.

  

Trop de douceur écrite sur la figure. C'est le signe de ceux que l'on exploite.

  

Le bonheur, cela ne s'installe pas dans la permanence, le malheur, oui.

  

Il faut sans cesse et sans cesse passer par toutes les étapes de la désillusion, se retrouver seul et toucher le fond de sa détresse. Choisir le difficile, l'impossible, la nuit, ce qui n'est pas dit. Ecrire est à ce prix. Vivre aussi.

  

Quand l'amour se tait, l'amour est mort.

  

L'amour d'un enfant est un absolu. Il faut y répondre par l'absolu ou par rien du tout. Il n'y a pas de moyen terme.

  

On ne peut être heureux que parmi ses pairs. Quand on ne peut changer les autres, mieux vaut devenir comme eux...

  
content top