content top

Goethe

Etre adulte, c'est avoir pardonné à ses parents.

  

Les plus grandes difficultés sont là où on ne les attend pas.

  

Tout ce qui est sage a déjà  été pensé : il faut essayer seulement de le penser encore une fois.

  

Les mathématiciens sont comme les français : quoique vous leur dites ils le traduisent dans leur propre langue et le transforme en quelque chose de totalement différent.

  

Les pauvres gens ne soupçonnent jamais le diable, quand même il les tiendrait à la gorge.

  

Le plus pur bonheur du monde renferme un pressentiment de souffrance.

  

On ferait beaucoup l'aumône si l'on avait des yeux pour voir le beau geste que fait la main qui reçoit.

  

La tolérance ne devrait être qu'un état transitoire. Elle doit mener au respect. Tolérer c'est offenser.

  

Notre coup de maître, c'est de sacrifier notre existence propre, afin de mieux exister.

  

Le meilleur de nos convictions ne peut se traduire par des paroles. Le langage n'est pas apte à tout.

  

Ce que tu as reçu de tes ancêtres, acquiers-le, pour le posséder.

  

Tout est plus simple qu'on ne peut l'imaginer et en même temps plus enchevêtré qu'on ne saurait le concevoir.

  

Il n'y a que le père qui n'envie pas le talent de son fils.

  

Les idées audacieuses sont comme les pions qui avancent aux échecs ; ils peuvent être pris, mais ils peuvent aussi démarrer une partie gagnante.

  

Certains livres semblent avoir été écrits, non pour nous instruire, mais pour qu'on sache que l'auteur savait quelque chose.

  
content top