content top

Francois Rene de Chateaubriand

Ce que nous gagnons en connaissances, nous le perdons en sentiments.

  

La menace du plus fort me fait toujours passer du côté du plus faible.

  

Les plaisirs de la jeunesse reproduits par la mémoire sont des ruines vues au flambeau.

  

L'amour ? Il est trompé, fugitif ou coupable.

  

L'homme n'a pas une seule et même vie ; il en a plusieurs mises bout à bout, et c'est sa misère.

  

La justice est si sacrée, elle semble si nécessaire aux succès des affaires, que ceux-mêmes qui la foulent au pied prétendent n'agir que d'après ses principes.

  

Les mendiants vivent de leurs plaies : il y a des hommes qui profitent de tout, même du mépris.

  

Qu'il est faible celui que les passions dominent ! Qu'il est fort celui qui se repose en Dieu !

  

On compte ses aïeux quand on ne compte plus.

  

En général, on parvient aux affaires par ce qu'on a de médiocre, et l'on y reste par ce que l'on a de supérieur.

  

Les excès de la liberté mènent au despotisme ; mais les excès de la tyrannie ne mènent qu'à la tyrannie.

  

C'est une très méchante manière de raisonner que de rejeter ce qu'on ne peut comprendre.

  

A chaque sépulture, il y a un homme qui reçoit le fardeau de la main de l'homme qui va se reposer.

  

Le grand tort des hommes, dans leur songe de bonheur, est d'oublier cette infirmité de la mort attachée à leur nature.

  

On peut se prosterner dans la poussière quand on a commis une faute, mais il n'est pas nécessaire d'y rester.

  
content top