content top

Francois Hertel

Vivre, n'est-ce pas réfléchir, se posséder.

  

Rien de plus terrible, quand on a été un enfant de talent, de n'être plus qu'un adolescent qui se cherche.

  

Un fait certain c'est que si l'amour meurt, on ne meurt point d'amour.

  

Le meilleur moyen de se guérir, c'est encore d'agir comme si on était guéri.

  

Tout éveil de l'esprit n'est qu'un retour à l'âge divin.

  

Il ne faut pas trop forcer le destin. L'avenir est moins facile à manoeuvrer que le passé. Il faut attendre tel qu'il est prévu.

  

L'absence finit par vaincre l'amour le plus fort et la présence occasionnelle est encore plus terrible pour l'amoureux sans espoir que la complète séparation.

  

Les artistes créateurs ne peuvent vraiment pas être aimés. Ils sont trop hauts, trop inaccessibles. Ils sont condamnés à la solitude.

  

Ce qu'il y a de tragique dans bien des philosophies, c'est qu'on n'admet pas de finir.

  

Dieu ne s'offre que dans l'anéantissement de l'esprit. La nuit intérieure est préalable à toute contemplation de Dieu.

  

La volonté de ne point douter empêche le doute.

  

L'être humain est ainsi fait qu'il se veut surtout autonome. La personne cherche l'autre qui la complétera, mais si l'autre lui apparaît comme une menace à son autonomie, elle se détournera. C'est pourquoi les forts sont condamnés aux faibles.

  

Qu'est-ce que l'humour ? C'est la faculté de rire des nigauds dans un pays où le nigaud est légion.

  

Etre habile, c'est déjà  mépriser un peu.

  

L'amour est une triste histoire, toujours fatale pour quelqu'un.

  
content top